Bannière

 

GENERALITES

Tout comme les êtres humains, les poissons sont sujets à maladie(s). En observant régulièrement ces animaux (le moment le plus judicieux étant lors de la distribution de nourriture) il est possible de détecter les signes de mauvaise santé de ces derniers. Certains indices sont des signaux d'alarme qui permettent de remarquer une éventuelle maladie.

Les indices alarmants

Puce

Le comportement général : le poisson se cache, s'effraie facilement : il est stressé,

Puce
La nage est désordonnée ou inhabituelle, le poisson se frotte sur le décor ou sur le sol,
Puce
La nage est saccadée,
Puce
Le poisson ne s'alimente pas,
Puce
Le poisson reste en surface pour aspirer de l'air,
Puce
Le poisson repose sur le fond,
Puce
Un poisson habituellement en banc s'isole du groupe et reste à l'écart,
Puce
Le poisson présente des points blancs, des marques blanchâtres, un gonflement du corps, d'un œil ou des deux, des écailles hérissées, des plaies diverses, une perte de couleur, des nageoires collées...

Principales causes des maladies

Il ne faut pas oublier d'envisager les facteurs qui peuvent être responsables d'une maladie. Bien souvent il s'agit d'erreurs commises par les aquariophiles eux-mêmes et qu'ils oublient de prendre en compte lors de l'examen de la situation.

Pourquoi les poissons tombent-ils malades ?

En tout premier lieu, à cause de l’acclimatation plus ou moins bien réussie des poissons, dans leur nouveau lieu de vie.

Le bien-être animal est l’ensemble des paramètres qui assurent le confort d’un poisson dans son nouvel environnement.

Le stress est un état pathologique résultant d’un changement dans la vie de l’animal :

Puce
Sa capture,
Puce
Son changement d’environnement,
Puce
Son changement d’alimentation et/ou de mode alimentaire.

D’autres facteurs, cependant, peuvent affecter la santé des poissons, à savoir :

Puce
Une variation brutale de plusieurs degrés de la température,
Puce
Une variation brutale du pH,
Puce
Une variation brutale de la dureté (TH),
Puce
Un filtre sale ou en mauvais état de fonctionnement,
Puce
Une baisse du taux d'oxygène.

Dans de nombreux cas, les symptômes de maladies et les lésions chez les poissons d'aquarium résultent d'un empoisonnement :

Puce
Pollution accidentelle de l'eau aux métaux lourds (fer, plomb, cuivre, etc.), au chlore (à l'état libre),à l'hydrogène sulfuré, aux détergents.
Puce
Dérèglement de l'équilibre biologique de l'aquarium.
Puce
Sous-alimentation, suralimentation ou encore alimentation mal équilibrée.
Puce
Surpopulation de l'aquarium.

Les symptômes pathologiques

Puce

Décomposition des nageoires et de la queue (attaque bactérienne, physique ou chimique)

Puce
Voile cutané blanc ou laiteux (attaque parasitaire ou chimique)
Puce
Taches cutanées rouges (hémorragie suite à une attaque bactérienne,  une blessure ou une intoxication)
Puce
Taches cutanées blanchâtres (attaque bactérienne)
Puce
Yeux saillants (attaque bactérienne, mauvaise alimentation)
Puce
Hydropisie (attaque bactérienne interne)
Puce
Assombrissement des couleurs (attaque bactérienne ou parasitaire)
Puce
Pertes des couleurs (attaque bactérienne)
Puce
Points blancs (attaque parasitaire)
Puce
Taches cotonneuses (mycose suite à attaque bactérienne ou parasitaire)
Puce
Voile oculaire (attaque bactérienne ou parasitaire)
Puce
Nageoires en lambeaux (attaque physique, bactérienne ou parasitaire)
Puce
Perte du mucus cutané (attaque parasitaire ou chimique)
Puce
Amaigrissement (attaque bactérienne)

LES MALFORMATIONS

LES NEOPLASIES

LES PATHOLOGIES DUES A LA POLLUTION

Les carences en oxygène

L'augmentation de gaz carbonique

L'intoxication due aux dérivés de l'azote

L'intoxication due aux dérivés du souffre

L'intoxication due au chlore

L'intoxication due aux insecticides

L'intoxication due au cuivre

L'intoxication due à d'autres métaux

L'intoxication par la nicotine

L'intoxication due aux désinfectants

La maladie due au gaz

LES PATHOLOGIES TRAUMATIQUES ET CELLES DUE A L'ELECTRICITE

Les lésions traumatiques

Les lésions provoquées par l'électricité

LES PATHOLOGIES DUES AU STRESS

Variations du pH de l'eau

Variations de la dureté de l'eau

Variations de température

Désadaptation à la vie de l'aquarium

Autres pathologies dues au stress

LES PATHOLOGIES LIEES A L'ALIMENTATION

A propos de nourriture saine

L'occlusion intestinale

PRINCIPES DE PHARMACOLOGIE ET DE PHARMACOTHERAPIE

Mieux vaut prévenir que guérir

La thérapie doit être spécifique

Le nouvel arrivé dans l'aquarium

LES TRAITEMENTS

Les voies d'administration

Où effectuer les soins

LES MALADIES CONCERNANT LES POISSONS D'EAU DOUCE

Quelques maladies courantes

 

Poisson vérolé

Les maladies virales

Qu’est-ce qu’un virus ?

Les virus ne sont pas considérés comme des êtres vivants à proprement parler.

Virus

Pourquoi ?

Tout simplement, parce qu’un être vivant est un organisme capable de multiplier son ADN et de synthétiser ses protéines par lui-même. Or les virus en sont incapables sans avoir recours à, au moins, une cellule hôte. Selon leur affinité avec la cellule rencontrée, ils pénètrent plus ou moins facilement dans celle-ci et s’en servent comme « usine à virus », en y remplaçant le code génétique infecté par le leur. Les conséquences de cette production de nouveaux virus sont diverses et variées. Ils produisent chez les poissons infectés, les maladies suivantes :

Exophtalmie virale (ou proptose)

Exophtalmie virale

Symptômes

On constate un gonflement ou une saillie d'un œil (parfois des deux) du(e) à une accumulation graisseuse sous ce dernier.

Cause

Il s’agit principalement d’infections bactériennes mais cette maladie peut aussi avoir une origine virale, ou encore, être due à un désordre métabolique plus général.

Ce type de maladie se développe surtout dans un aquarium déséquilibré (trop de pollution liée à une surpopulation, ou facteurs de stress).

Effets

Ce symptôme (pouvant être d'origines variées) a des conséquences tout aussi diverses:

S’il s'agit d'un simple trouble métabolique, ou d'une infection bénigne, cela peut passer tout seul ; l'œil retrouvera sa taille normale dés lors que de bonnes conditions de maintenance seront rétablies.

Dans certains cas, l'œil tombe de l'orbite et le poisson borgne continue de vivre.
Si l'exophtalmie est due à une infection plus sérieuse, le poisson peut alors mourir s'il n'est pas traité avec succès.

Traitement

L’origine difficilement identifiable de l'exophtalmie rend cette maladie difficile à soigner.

Puce
Ektozon des laboratoires BRUSTMANN (Produit de traitement de l’eau servant à cautériser les plaies et les blessures des invertébrés), il guérit également les affections causées par des champignons (mycoses), des parasites ou des protozoaires. Il s’agit d’un traitement curatif ou de quarantaine.
Puce
Une crème ophtalmique « Tetra Cortryl ».
Puce
Un traitement antibactérien du commerce aquariophile peut parfois fonctionner.

Dans tous les cas, il faut aussi remédier à la cause de la maladie en rétablissant l'équilibre du bac.

Dans le cas d’un surplus d'azote la seule solution est de transférer le poisson infecté dans un bac où la saturation en azote est moindre. Évidement, pour le bac d'origine, il faut faire en sorte que la sursaturation en azote diminue. Dans ce cas il n'y a pas de remède si ce n'est la patience.

Aerocystitis

Symptômes

Littéralement appelée « Inflammation de la vessie gazeuse », cette maladie se caractérise par des kystes contenant des gaz ou des liquides dans la partie postérieure de l’abdomen. Ceci conduit à un gonflement du ventre du poisson qui ne peut plus maintenir sa position normale. La vessie gazeuse ou natatoire, permettant l’équilibre du poisson, est sévèrement touchée par l’inflammation. L’infection gagne ensuite d’autres organes comme le foie, les reins… L’Aerocystitis est contagieuse.

Aerocystitis

Traitement

Il n’existe pas de traitement efficace, les poissons très atteints doivent être euthanasiés.

Septicémie hémorragie virale (SHV)

Il s'agit d'une maladie provoquée par le Rhabdovirus carpio. Il concerne surtout les poissons rouges (Carassius auratus) et les carpes communes (Cyprinus carpio).

Symptômes

La maladie se manifeste par des hémorragies cutanées et oculaires. Elles sont accompagnées de changement de couleur chez le poisson atteint (livrée foncée et branchies claires). Les animaux malades nagent avec difficulté, montent à la surface en haletant. Ils meurent parfois brusquement sans avoir présenté le moindre symptôme et c'est seulement à la nécropsie que l'on découvre que les organes internes (notamment la vessie natatoire) présentent des hémorragies.

Traitement

La septicémie hémorragique virale est incurable. Les seules mesures que l'on peut appliquer sont d'ordre hygiénique, environnementale et alimentaire.

Lors de l'achat, il est primordial de vérifier l'état de santé du poisson. Ce dernier ne doit pas présenter de variations de couleurs, et à fortiori, des zones ou des points hémorragiques. Il ne doit pas être maigre, ni avoir les yeux troubles ou les nageoires effilochées. De plus, la natation et la respiration doivent être régulières.

Malheureusement cette virose a beaucoup de points communs (qui n'ont pas encore été éclaircis) avec la septicémie hémorragique infectieuse. Il est donc difficile d'opérer une distinction entre les deux.

Les maladies bactériennes

Qu’est-ce qu’une bactérie ?

Les bactéries sont parmi les organismes les plus simples de notre planète, Ce sont des cellules sans noyau (ou procaryotes). Elles sont également parmi les mieux adaptées à leur milieu. Au cours des temps, elles ont colonisé quasiment tous les milieux, y compris les plus extrêmes (températures exceptionnellement basses ou hautes, pH proche de 12). On distingue de nombreuses catégories de bactéries selon leur métabolisme ou leur structure cellulaire. Si certaines bactéries sont utiles à la vie, d’autres ont opté pour un mode de vie de type parasite pathogène. Le principal moyen de lutte contre ces bactéries est le recours aux antibiotiques.

Bactérie

Pour toutes les pathologies citées ci-dessous, il est conseillé d’utiliser des produits commerciaux, et sous réserve d’une prescription vétérinaire, des antibiotiques pourront être utilisés en respectant scrupuleusement la posologie.

La Columnariose (ou Flexibacter columnaris)

Flexibacter columnaris

Symptômes

Les infections par Flexibacter columnaris peuvent revêtir plusieurs formes, les trois formes principales sont :

Columnariose 1 Columnariose 2

La mousse buccale

Apparition de petits points blanchâtres autour de la bouche du poisson. En quelques heures les lésions se réunissent et forment des plaques mousseuses d’aspect laineux (cette maladie s’appelle également maladie de la laine). Sans traitement les lésions se répandent rapidement sur tout le corps entraînant la mort du malade

La maladie du guppy

La maladie débute par une décoloration de la nageoire caudale qui prend un aspect translucide d’abord à son extrémité. Les nageoires commencent alors à se décomposer (elles sont comme rongées), elles peuvent finir par disparaître totalement au stade ultime de la maladie (en particulier la caudale). La fonte des nageoires s’accompagne généralement de nécroses cutanées (apparition de taches). Sans traitement la maladie est fatale et cause souvent des morts massives. Une mycose cotonneuse se développe également sur la bouche du mâle. La maladie se développe différemment sur le mâle et la femelle (voir schémas).

Flexibacter columnaris 2Flexibacter columnaris 3

La fausse maladie du néon

On remarque une perte de la couleur bleue liée à l’apparition de taches blanchâtres sur la peau du néon. En observant plus attentivement, on voit que la perte de couleur ne se limite pas à la bande bleue. La vraie maladie du néon est causée par un sporozoaire, le Pleistophora hyphessobryconis. Cette maladie mortelle et incurable est extrêmement rare et souvent confondue avec une infection par Flexibacter columnaris. La fausse maladie du néon est mortelle en l’absence de traitement.
Fausse maladie du Néon

L’agent infectieux

Le Flexibacter columnaris est une bactérie en forme de bâtonnet de 0,3 à 0,5 microns de diamètre et de 3 à 10 microns de long. Il se développe en chaînes formant des colonnes (d’où son nom). Cette bactérie se multiplie à des températures comprises entre 4 et 33°C, mais elle affectionne particulièrement des températures comprises entre 20 et 25°C.

Agent infectieux


Traitement

Les infections au Flexibacter columnaris se soignent efficacement si le traitement est appliqué suffisamment tôt (apparition de mousse buccale, début de décomposition de la caudale). La molécule aquariophile de choix est le Nifurpirinol (que l’on retrouve comme principe actif dans des produits tels que Baktopur Direct (SERA), Furanol et Furapond - pour les bassins (JBL)).

Furanol

De nombreux antibiotiques sont utilisables, mais il est impératif pour cela de consulter un vétérinaire spécialisé en pisciculture. Pour les infections débutantes les bains aux sulfates de cuivre ou de sel peuvent aider à la guérison.

Si de nombreux poissons sont atteints dans le bac, il convient de traiter tout le bac (attention, ces traitements détruisent l’activité biologique du filtre). Si seuls quelques sujets sont atteints, il est préférable de les traiter en bac hôpital. On se contentera, pour les autres, de faire de gros changements d’eau dans l’aquarium communautaire et d’observer attentivement les sujets sains. Les poissons très atteints (perte totale des nageoires) sont condamnés, mieux vaut les retirer du bac.

Il arrive parfois qu’un traitement ne parvienne pas à enrayer l’infection : certaines souches de Flexibacter columnaris ont développé des résistances à ces produits car trop souvent utilisés, il faut alors utiliser une autre molécule pour le traitement.

Prévention

Éviter la surpopulation.

Une hygiène rigoureuse du bac, un changement d’au moins 10% de l’eau toutes les semaines, maintien d’un taux de nitrates < 25 mg/l.

Pour les guppys, un maintien en eau légèrement saumâtre permet d’éviter la maladie (cependant, l’acclimatation chez le client peut éventuellement poser problème, du fait du changement de salinité de l’eau).

Exophtalmie bactérienne

Exophtalmie bactérienne

Symptômes

Ils sont identiques à ceux de l’exophtalmie virale ; un œil commence à gonfler, sort de son orbite, puis vient le tour du second.

Traitement

Les antibactériens du commerce et/ou une pommade oculaire se révèlent efficace pour vaincre cette maladie.

Hydropisie infectieuse

Symptômes

La maladie commence discrètement. Les premiers signes avant coureurs sont des excréments blancs et parfois un léger gonflement des yeux.

Au dernier stade de la maladie, l'abdomen gonfle à cause une accumulation de liquide et les écailles s'hérissent.

Hydropisie infectieuse

Cause

L'hydropisie est un symptôme lié à différentes maladies. Le plus souvent  les bactéries sont en cause, mais il existe aussi une forme virale de cette affection. Il peut s’agir également d’un simple désordre métabolique lié à de mauvaises conditions de maintenance des animaux dans l’aquarium, à une alimentation inadaptée ou à des conditions de stress permanent...

Dans tous les cas, il se produit une nécrose de certains organes, tels que les reins ou le foie, ce qui produit une accumulation de liquide dans l'abdomen (appelée ascite) et provoque ce gonflement caractéristique.

Ascite

 

Effets

La maladie peut être contagieuse et souvent difficile à soigner car elle ne peut être diagnostiquée qu'au stade critique. Il existe deux formes de la maladie: hydropisie aiguë et chronique.

Traitement

Puce
Témérol (Aquascience) ; efficace si la maladie est traitée à temps.
Puce
Bactopur (Sera) ; également efficace, il peut être utilisé en bain intensif lorsque le poisson est très atteint, il sera difficile de soigner les poissons si la maladie est avancée.
Puce
Pet Dajana professionnal (Acriflavin) ; Il s’agit d’un produit fabriqué en collaboration avec des éleveurs de poissons. Ce sont des aliments innovateurs et produits de traitements et de conditionnement de l'eau qui donnent aussi de bons résultats et sont très économiques de part leur concentration.

Erythrodermatite (ou ulcères cutanés hémorragiques) Également surnommée la "Virose printanière"

Erythrodermatite

Symptômes

L'érythrodermatite commence par des taches rouges sur la peau. Ces dernières se transforment ensuite en ulcères bordés de blanc et en abcès éclatés. Ils apparaissent essentiellement sur les côtés du corps et à la naissance de la queue. On observe fréquemment des mycoses secondaires des plaies. Cela se solde presque toujours par la mort du sujet.

Cause

L'érythrodermatite des cyprinidés est provoquée par des bactéries de l'espèce Aéromonas. Les agents soupçonnés de transmettre la maladie sont des parasites suceurs de sang.

Aeromonas

Effet

Cette maladie se manifeste surtout en été et en automne. Au cours de ces dernières années, on a remarqué que les animaux  d'élevage, importés au printemps des pays chauds, sont porteurs de cette bactérie et l’amènent avec eux. La maladie évolue très lentement et il arrive souvent qu'au premier abord les poissons importés semblent en bonne santé, mais au terme de quelques semaines, ils présentent de gros furoncles rouges et meurent peu après.

Traitement

Il est conseillé de transférer les poissons dans un bac « hôpital ». Il faut veiller à ce que l’eau soit de qualité optimale et que l’hygiène soit excellente durant toute la durée du traitement.

Puce
Le 1er jour, augmenter la température à 22°C, puis ajouter 60 g d’Ectopur, 3 pastilles de Baktopur Direct et 8 ml de Cyprinopur (des Laboratoires SERA) pour 100 litres d'eau.
Puce
Du 2ème au 5ème jour,  ajouter 8 ml de Cyprinopur pour 100 litres d'eau.
Puce
Le 6ème jour, Changer 50 % d’eau et filtrer sur  charbon actif.

Il ne faut pas transférer les poissons d’eau chaude directement en eau froide (risque de choc thermique), le faire en douceur.

Et apporter aux poissons « convalescents » des vitamines et une alimentation riche pour leur permettre un bon rétablissement.

Avant de réintroduire les poissons, une désinfection totale du bassin ou de l'aquarium est obligatoire afin d’éviter que cela ne recommence.

Tuberculose des poissons

Septicémie hémorragique infectieuse (ou peste rouge)

Maladies dues à des champignons (mycoses)

Saprolegniose

Cette maladie est due à un champignon, le Saprolegnia. C’est une maladie opportune ; le champignon est présent dans l’eau en permanence et attend une plaie sur un poisson, pour se développer.

Saprolégniose 1

La mycose mange les cellules mortes détruites par les bactéries ou mange les bactéries présentes sur le site. Elle se localise sur la bouche, les nageoires dorsales, caudale et pectorales.

Un champignon a besoin de lumière pour se développer.

Traitement

Puce
Diminuer la lumière,
Puce
Utiliser un antifongique (3 produits sont présents en commerce aquariophile ; le Fungol, le Fungistop et le Mycopur).
Puce
Diminuer la charge de spores en réalisant un changement d’eau d’au moins 30% du volume de l’aquarium.
Puce
Enlever le filtre chimique.

Saprolégniose 2

Mycose des branchies

Maladies due aux algues

Les maladies parasitaires

Gyrodactylose

Symptômes

Les premiers symptômes sont une nage désordonnée, frissonnante, les opercules des poissons sont écartés. Ces derniers se frottent sur le décor, ils sécrètent du mucus, leurs couleurs sont ternes. Ils sont immobiles et peureux. Au dernier stade, le poisson se met dans le flux d'eau du filtre ou au contraire reste prostré au fond du bac. Cette maladie est difficilement détectable.

Gyrodactylose

Symptômes

Les premiers symptômes sont une nage désordonnée, frissonnante, les opercules des poissons sont écartés. Ces derniers se frottent sur le décor, ils sécrètent du mucus, leurs couleurs sont ternes. Ils sont immobiles et peureux. Au dernier stade, le poisson se met dans le flux d'eau du filtre ou au contraire reste prostré au fond du bac. Cette maladie est difficilement détectable.

Cause

Cette maladie a pour origine, différentes espèces de vers de la famille des Gyrodactylidae. Ils se fixent à l’aide de crochets sur les téguments et les branchies des poissons. Ces vers se rencontrent plus fréquemment en bassin (ils sont rares en aquarium).

Gyrodactylidae

Effets

Une forte infestation peut conduire le poisson à la mort, après une période d'apathie et d'amaigrissement.

Traitement

Puce
Vérifier l'hygiène et la température de l'eau.
Puce
Un bain de 15 minutes dans une solution de sel à 2,5 % viendra à bout de la maladie.
Puce
Traiter l’eau avec du Costapur (SERA).

Les maladies dues à des crustacés parasites

Lerneose (ou ver ancre)

Symptômes

Il s’agit d’un parasite cutané ressemblant à un bâtonnet blanc. Cette maladie est une zoonose, c’est-à-dire qu’elle se transmet de l’animal à l’homme.

Il s’attaque principalement aux cyprinidés d’eau froide et aux poecilidés (tels que les Platys et Xiphos).

Il provoque de petits nodules jaunâtres à son point d'insertion. On reconnaît très facilement ce parasite à sa forme d'ancre.

Lerneose 1

Lerneose 2

Cause

Lernae sp.
La cause est un petit crustacé parasite : le Lernae species. Seules les femelles sont visibles. Les parasites sont introduits avec de la nourriture vivante. Le plus souvent, on rencontre cette maladie sur des poissons nouvellement importés.

Effets

L'état général du poisson se dégrade progressivement jusqu'à la mort.

Attention

Ce parasite est vite envahissant, et peut se développer jusque dans l'œsophage du poisson.

Traitement

Puce
Isolez précocement tous les poissons atteints,
Puce
Veillez à une hygiène rigoureuse (eau, aliment),
Puce
Retirez le parasite à l’aide d’une pince à épiler, en l’attrapant le plus près possible de la tête (afin de l’extraire du corps du poisson),
Puce
Tamponnez à l'éosine aqueuse (1 fois par jour). La guérison n'est pas toujours au bout de tous ces efforts !
Puce
Le permanganate de potassium fonctionne bien, mais provoque une coloration importante de l'eau, avant son oxydation et sa disparition.

Attention

Ne pas arracher les Lernae dans l'eau, mais en ayant pris soin de manipuler le porteur dans un linge doux mouillé, et le passer en bain de quarantaine d'une
1/2 h environ avant réintroduction. En effet, les "saccules" d'œufs sur l'extrémité arrière du Lernae explosent parfois à l'arrachage, et les oeufs migrent jusqu'au filtre où ils trouvent un milieu propice à leur développement ! Après, il est pratiquement impossible de s'en débarrasser sans aide chimique.

Pou du poisson

Argulus

Il s’agit d’un petit crustacé plat ovoïde du genre Argulus. Il peut atteindre 1cm.

Ce parasite se fixe sur la peau et les nageoires des cyprinidés d’eau froide, des carpes et des Koïs pour s’y nourrir de leur sang. Une fois alimenté, le pou quitte le poisson pour nager librement pendant 2 semaines et/ou se fixe sur un nouvel hôte.

L’Argulus peut tuer les petits poissons en les affaiblissant et provoquer chez les plus gros, des infections secondaires de la plaie par des bactéries opportunistes.

Le poisson atteint manifeste un comportement anormalement craintif. Le pou se repère facilement à l’œil nu car il laisse une lésion rougeâtre à l’endroit de la piqûre.

Pou du poisson

Traitement

Traiter les occupants du bac ou du bassin comme pour le Lernae, en utilisant une simple pince à épiler..

Dactylogyrose

Maladie des taches noires

Piscicola geometra (sangsue)

Les maladies dues à des protozoaires

Qu’est-ce qu’un protozoaire ?

Les protozoaires sont parmi les organismes les plus simples. Leurs cellules sont dépourvues de noyau. Ils sont définis le plus souvent comme des animaux uni cellulaires (en opposition avec les végétaux uni cellulaires, appelés protophytes). Leur classification est extrêmement complexe de part leur mode de vie, leur cycle, leur physiologie et leurs morphologies très diverses. Le plus souvent, ces organismes ne présentent pas de danger face à un poisson en pleine santé mais, ils peuvent en revanche devenir pathogènes si l’animal est affaibli ou stressé.

Protozoaire

Ichthyophthirius multifilis (ou maladie des points blancs)

C’est un parasite « cilié » à triples cycles de développement :

Puce
1ère phase, le parasite se fixe sur le poisson et mesure environ 1 mm de diamètre,
Puce
2ème phase dite de nage libre, le parasite recherche un hôte,
Puce
3ème phase appelée phase de multiplication.

 

Ichthyophthirius multifilis

Cause

Le parasite Ichthyophthirius multifiliis qui est naturellement présent chez le poisson, se développe en cas de stress ou de coup de froid (fragilité). Rechercher la cause est très importante.

Effets

Le parasite est très pathogène. Dans des stades avancés, cela va obstruer les branchies. Puis le poisson va sécréter un abondant mucus pour enfin mourir.

Ichthyophthiriose

Traitement

Il est bon de comprendre le cycle de vie du parasite en question : quand il apparaît de façon visible, il est encore protégé par les muqueuses du poisson. C'est au terme de son cycle reproductif, quand il se détache pour libérer ses spores, qu'il est vulnérable. Ce cycle peut durer de 4 jours (à 30°C) à 3 semaines parfois en eau froide.

Cycle de l'Ichthyophthirius multifilis

Contre cette maladie bien connue, il existe toute une gamme de traitements fiables et efficaces vendus en animalerie. Les produits APB, Punktol sont conçus à base de bleu de méthylène. Ils ne peuvent agir que sur les phases 1 et 2. On peut également utiliser un médicament à base de Vert de Malachite et de Trypaflavine pendant 8 jours (qui représentent la durée du cycle du parasite à 25°C). Pour que les produits soient efficaces, on augmente la température de la cuve de 2°C, ce qui accélère les cycles de développement du parasite.

Parmi les traitements "maison", on peut citer :

Puce
Le FMC (Formol Malachite Cuivre) = C’est une préparation que l’on commande en pharmacie. Elle est composée d’un litre de formol, auquel on ajoute 3.7 g de Bleu de Méthylène, 3.7 g de Vert de Malachite et 0.3 g de cuivre. Il faut traiter le bac en 1 fois. Après le traitement, il faut tester régulièrement le cuivre afin de vérifier que l’on ne dépasse pas sa valeur initiale. Retraiter le bac les 1er, 3ème, 5ème et 7ème jours.
Puce
Le sel = non iodé, non fluoré (type sel de Guérande), à raison de 1 à 2 g par litre selon la fragilité du poisson (certains n'ont pas d'écailles et sont donc sont plus fragiles, comme les Botias). Le traitement se fait en une dose, pour générer un choc osmotique. Le début du "dessalage" commence environ 6 jours après, à une température de 26 à 27°C. On éteint l’aquarium pour calmer les poissons. Les changements d'eau se font en petites quantités, mais sur du long terme.

Oodiniose (ou maladie du velours)

Oodiniose

Symptômes

Il se manifeste par un frottement du poisson contre les différentes surfaces et/ou décors de l’aquarium, sa respiration est rapide et de très petits points blanc (< à 0,3 mm) parsèment le corps. Dans les cas les plus graves cela donne une apparence de velours à la peau du poisson.

Cause

Cette maladie, parasitaire, est provoquée par des parasites microscopiques de la famille des dinophycées, ils sont classés parmi les algues mais sont dépourvus de chlorophylle.

Oodinium pillularis

Effet

On remarque sur le corps du poisson atteint, de petites taches blanches plus petites que celles rencontrées dans la maladie des points blancs. A un stade avancé, le poisson gît au fond du bac, il ne s'alimente plus et sa peau part en lambeaux.

Traitement

Il existe des traitements spécifiques contre cette maladie en animalerie.

C’est un traitement médical à base de cuivre. Un stérilisateur à UV est très fortement conseillé. Il tue les parasites nageurs.

Un bain prolongé de Trypaflavine (1 gramme pour 100 litres d'eau) est recommandé pour lutter contre l'Oodinium pillularis. En même temps la température doit être élevée à 30° C. Pour les bains, on utilise un aquarium sans plantes, ni sol et également dépourvu d'éclairage.

Les autres substances qui peuvent être utilisées contre ce parasite sont le sulfate de cuivre (0,3 ml pour 1 litre d'eau) ou une solution à 3% de sel de cuisine. Des préparations efficaces sont en vente dans les commerces spécialisés.

Costiose

Symptômes

Costia necatrix Il s’agit d’un protozoaire flagellé appelé « Costia necatrix ». La peau devient opaque et un peu laiteuse, suite à une hyper production de mucus, puis, dans des stades avancés de la maladie, elle va se détacher en lambeaux. On peut observer cela si l'on regarde le poisson de profil.

Cause

Le protozoaire Costia necatrix est responsable de cette maladie.

Costiose

Certains poissons sont porteurs asymptomatiques (c’est-à-dire que ce sont des poissons qui ont en eux la maladie, mais ne développent aucun symptôme, ce qui fait que la maladie passe, chez eux, inaperçue). On parle également de « porteurs sains ». Cette maladie opportuniste attend que le poisson soit affaibli pour apparaître.

Toute source de stress, comme des paramètres inadaptés, une suralimentation, un manque de brassage de l’eau, une population incompatible sont des éléments déclencheurs de la maladie.

Effets

Une forte infestation endommage une large surface de peau et provoque la mort du poisson atteint.

Traitement

Cette maladie peut être traitée avec un produit anti-protozoaires du commerce aquariophile. Il faut respecter scrupuleusement la notice (veiller à ne pas filtrer sur charbon pendant le traitement et respecter la posologie...).

Cette maladie peut aussi se traiter (mais c’est plus long) seulement par une augmentation de température au dessus de 32°C (attention température limite létale pour les poissons). Ce protozoaire ne supporte pas cette température.

La Costiose ne peut vivre plus de 30 minutes sans hôte. Donc pour traiter le bac, enlever les poissons de l’aquarium infesté durant une heure ou plus, la maladie disparaîtra d’elle-même de la cuve. Le mieux est de transférer les poissons dans un aquarium hôpital, bien planté.

Hexamitose (ou maladie des trous dans la tête)

Hexamitose

Symptômes

On observe des dysfonctionnements intestinaux, une perte d'appétit, des selles blanches, un assombrissement complet du poisson. Ce dernier s'immobilise et stagne au fond de l'aquarium.

Cause

Ce sont des maladies assez fréquentes, causées par des protozoaires flagellés tels que le Spironucleus et l’ Hexamita symphysodonis.

Hexamita symphisodonis

Effets

A un stade avancé, ces protozoaires flagellés percent la paroi intestinale et infectent les organes épurateurs (foie, reins...).

Cette maladie est souvent associée, a tord ou a raison, à la maladie des « trous dans la tête ». Cela est peut-être dû, en effet, à la capacité qu'ont certains grands cichlidés américains à faire fondre le cartilage de leur tête en cas de carences alimentaires ou autres troubles métaboliques. Quoiqu’il en soit, ces deux maladies se traitent de façon similaire.

Traitement

Il existe des produits fiables à usage aquariophile et dirigés contre cette maladie. Il s’agit notamment d’Hexamita (ESHA) qui donne d’excellents résultats.

Myxosomiose (ou maladie du tournis)

Symptômes

Le poisson (principalement le Discus) a une « crise de folie », il fonce dans les vitres du bac, et se met à l'écart, complètement sonné. Ces crises sont de plus en plus rapprochées. Au stade final, le poisson tourne autour d'un axe imaginaire.

Myxosomiose

Cause

Cette maladie est causée par l'action d'un protozoaire de la famille des Myxosporidés. Ce parasite va se fixer dans les centres nerveux du poisson.

Myxosporidés

Effets

A terme, le poisson meurt d'épuisement, d'une crise cardiaque ou des blessures consécutives à ses « coups de folie ».

Traitement

Dans le cas des Discus, placez le ou les poissons atteints dans un bac hôpital avec 6 g de sel non iodé par litre et élever de la température à environ 34°C pendant 15 jours.

Procédez à un dessalage progressif et baisser la température sur une semaine à 28°C.

Une filtration sur UV est conseillée pour détruire les spores dans le bac communautaire.

Il y existe de bonnes chances de guérison si le traitement est effectué rapidement.

Pleistophorose (ou maladie des néons)

Cette maladie, comme son nom l’indique, ne touche que le Tetra néon. Elle se traduit par une perte de couleur allant jusqu'à la décoloration totale d'une partie de plus en plus grande du corps. En effet, le protozoaire parasite Pleistophora Hyphessobryconis, s'incruste dans les muscles des poissons. On observe par ailleurs, un isolement de l’animal (ordinairement grégaire) ainsi que des troubles de l’équilibre. Le corps du néon se déforme jusqu’à atteindre un état de scoliose (déformation de la colonne).

Pleistophorose

Traitement

Il n’existe pas de traitement efficace à ce jour. La meilleure solution reste encore la prévention ; une nourriture équilibrée, une bonne qualité de l’eau ou encore la stérilisation U. V. de l’eau. Si malgré cela, la pathologie apparaît, il faut éliminer les sujets atteints, car cette maladie est contagieuse.

Trichodinose

Trichodinose Cette maladie est rare, cependant elle peut être facilement soignée. Les poissons se frottent contre le sol et tous les éléments du décor. Ces démangeaisons sont dues au protozoaire Trichodina qui creuse la peau des poissons avec ses crochets et cause des micro-ulcérations. Cette maladie se caractérise par l'apparition d'un voile, d'une pellicule blanchâtre sur la peau du poisson atteint.

Le protozoaire provoque aussi de graves troubles respiratoires (le poisson présente une respiration accélérée : soit il pipe l'air en surface, soit il reste au fond du bac). Ces symptômes peuvent être accompagnés de troubles secondaires liés à des infections bactériennes opportunistes.

La trichodinose se soigne avec du Baktopur ou du Témérol. Ce sont des produits que l'on trouve en animalerie ou dans des magasins aquariophiles. On peut également soigner la Trichodinose avec des bains de courte durée, de 5 à 10 minutes, dans une solution :

Puce
De sel non fluoré à hauteur de 1 à 3%,
Puce
D'acide ascétique (10 ml pour 15 litres d'eau), 
Puce
De formol (1 ml pour 4 litres d'eau),
Puce
De permanganate de potassium (0,1 g pour 50 litres).

Tous ces remèdes se montrent efficaces. L'idéal serait un bain prolongé dans une solution de Trypaflavine ou de Vert de Malachite à 1,5 mg pour 10 litres d'eau pendant 10 heures. Ces substances éliminent les parasites.

Maladie africaine

Myxobulose

MALADIES COMMUNES A TOUS LES POISSONS

Maladies virales

Lymphocystose (ou maladie du chou-fleur)

Lymphocystose 1

Le Lymphocystis est un virus non mortel qui peut infecter la plupart des poissons d'aquarium. Cependant les Chanda ranga (perches de verres) sont les animaux les plus touchés par ce virus. Cette maladie est rare et la plupart des aquariophiles n'auront jamais aucun problème avec elle. Le risque de rencontrer ce virus (ainsi que d'autres maladies) peut être réduit en maintenant les nouveaux arrivants en quarantaine pendant quelques semaines avant de les ajouter à la population générale de l’aquarium. Il est également recommandé de ne jamais mélanger les eaux de différents aquariums, la maladie peut en effet se transmettre de bac à bac.

La peau est alors infestée d’excroissances blanches. Il s'agit de petites tuméfactions, qui ressemblent à des perles, sur la peau, sur les nageoires et surtout en bordure de la nageoire caudale. Les cellules malades se développent lentement et deviennent plus fibreuses. La peau prend l'aspect du papier sablé. Il y a parfois des excroissances comme de petits pédoncules pouvant atteindre jusqu'à 2 cm sur les nageoires. Il n'y a aucun traitement pour cette maladie mais la plupart des poissons récupèrent par eux-mêmes. Si le virus se déclare dans un aquarium, il faut déplacer tous les poissons infectés et les placer en quarantaine, dans « aquarium hôpital ». La maladie est très contagieuse. Il est vivement conseillé de maintenir les poissons dans ce bac jusqu’à leur complète guérison. Il est vrai que la maladie n’est habituellement pas mortelle et que les poissons parviennent à guérir seuls,  mais cela ne signifie pas que l’on ne doit pas essayer de contenir la maladie. En effet, pendant cette période, les défenses immunitaires des poissons sont affaiblies, et cela, peut ouvrir la porte à d'autres maladies plus dangereuses.

Lymphocystose 2

Papillomatose

Herpesvirus cyprini

C'est une maladie provoquée par le Herpesvirus cyprini qui touche essentiellement le poisson rouge et la carpe commune.

Symptômes

La Papillomatose se manifeste au niveau de la tête par des nodules de couleur blanc-laiteux ou grisâtre. Elle a un aspect irrégulier en forme de chou-fleur.

Ces formations ont tendance à augmenter de volume, ce qui provoque des symptômes secondaires chez les poissons malades. Ils cessent de s'alimenter et présentes des difficultés visuelles.

Papillomatose

Il est souvent possible de constater la présence de Papillomatose chez certains poissons marins tels que les anguilles.

Traitement

Comme pour les autres maladies virales, il n'existe aucune thérapie spécifique.

Pancréatite nécrotiques

Maladies bactériennes

Pseudomonas/Aeromonas (ou corrosion des nageoires)

Pseudomonas/aeromonas

L'infection apparaît comme pour le Columnaris chez des  poissons  maintenus dans  de  mauvaises conditions d’hygiène.

La décomposition des nageoires n'est pas le symptôme principal de cette infection.

L'infection entraîne surtout l'apparition d'une hydropisie (ascite), due une infection rénale, ce sont des tâches cutanées rouges ou blanchâtres, voire même des ulcérations cutanées.

Le comportement du poisson atteint devient anormal, il est prostré, présente des difficultés respiratoires et des troubles de la nage. Le poisson maigrit et devient apathique.

Traitement

Furanol

Cette maladie est connue pour présenter un taux de résistance aux antibiotiques, assez important. Pour traiter cette infection, on utilisera du Nifurpirinol en premier lieu et des sulfamides (médicaments antibactériens permettant de soigner de nombreuses maladies infectieuses) pour finir.

Furanol (JBL)

10 à 15 mg pour 100 litres d'eau. Le produit se décompose sous l'action des rayons lumineux (le mettre donc, de préférence le soir).

Répéter le traitement après 24 heures, si besoin est, et/ou après un changement d'eau.

La prévention dans les bacs

La maladie étant fréquente chez les poissons d’animaleries et la mortalité de ces infections étant très importantes (jusqu'à 80%), mieux vaut prévenir que guérir. Parmi les actions préventives efficaces, on peut citer :

Puce
Une quarantaine, voire un bain désinfectant pour les nouveaux arrivants,
Puce
Éviter les surpopulations,
Puce
Maintenir une température adaptée aux poissons en place.

Furonculose

Maladies mycosiques

Mycose due a l'Ichthyophonus hoferi

Maladies parasitaires

Heminthiase intestinale

Camallanus cotti

LA PROPHYLAXIE

La prophylaxie est l'ensemble des mesures, servant à assurer le maintien idéal des animaux vivants en captivité (hygiène, soins, nourriture…).

En aquariophilie, la prophylaxie consiste à :

Puce
Installer l’aquarium dans une pièce éclairée, certes, mais à un emplacement où la lumière du soleil ne l’atteigne pas directement (ceci afin d’éviter la prolifération des algues),
Puce
Une fois le cycle de l’azote effectué, acclimatez doucement les poissons de manière à éviter tout stress (choc thermique, déflashage trop brutal – occasionnant des crises cardiaques ou l’apparition de maladies opportunes liées au stress…),
Puce
Veillez à la propreté du bac (nettoyage des masses filtrantes, de la pompe servant à l’oxygénation de l’eau, des parois du bac, du gravier…),
Puce
Évitez de trop nourrir les poissons (source éventuelle de pollution du bac),
Puce
Effectuez des changements d’eau réguliers (environ 1/3 du volume du bac une fois par mois).
Puce
Placez les poissons dans l’aquarium selon leurs affinités (pour éviter tout risque de bagarres, de stress et de blessures – portes ouvertes à toutes les maladies opportunes),
Puce

Enfin, soyez attentif aux bien être de « vos pensionnaires » et à leur santé : profitez du moment de la distribution des repas pour observer les poissons et déceler d’éventuels problèmes, afin d’y remédier le plus vite possible.

 

Haut de page

 

Fiches

Necropsie Nf. : En médecine vétérinaire, il s'agit de l'autopsie des animaux.